Les différences entre prothèses salines et gel cohésif

FAQ

Anesthésie

Lors d’une chirurgie esthétique, Ia désensibilisation de Ia région a opérer est indispensable pour le confort du patient lors de Ia chirurgie. Plusieurs facteurs, tels que Ia nature et Ia durée de l’intervention, votre tolérance à Ia douleur, votre état de santé et votre condition psychologique devront être pris en considération pour choisir l’anesthésie Ia mieux adaptée pour vous.

Cicatrice

Les cicatrices, suite à une chirurgie esthétique,
peuvent rester rouge pendant quelques semaines. Les cicatrices sont inévitables suite à n’importes quelles procédures chirurgicales mais heureusement, le chirurgien les placeront à des endroits stratégiques afin qu’elles demeurent discrètes. De plus, les cicatrices deviennent moins visibles lorsqu’elles perdent leurs rougeurs.

Perte de poids massive

Suite à une perte de poids massive, Ia peau et les
tissus manque d’élasticité pour adhérer aux nouveaux contours du corps amincit. La chirurgie a pour but d’éliminer I’excès de peau et de gras affaissé. Cela peut être fait au niveau des bras, des cuisses, de l’abdomen, des seins, du cou et du tiers moyen du visage.

Types d’implants esthétiques

Les différences entre prothèses salines et gel cohésif

Post #2_newTexture et contenu

Les prothèses salines ont été popularisées comme produit de remplacement lors du moratoire temporaire sur les prothèses à base de silicone entre 1992 et 2007.  Leur désavantage majeur réside dans leur texture qui reste caoutchouteuse et leur palpabilité, surtout dans les zones où les tissus sont les plus minces (rebord latéral et rebord inférieur du sein) et sont appelées “vagues” (rippling en anglais).  La texture des prothèses en silicone est celle qui se rapproche le plus de celle d’un sein. Il ne peut y avoir de vagues perceptibles. Cependant, chez les patientes ultra-minces, une certaine palpabilité du contour de la prothèse pourrait toujours être possible. Dr LeBlanc vous donnera tout le loisir d’examiner et palper des prothèses.

Longueur des incisions

La longueur de l’incision généralement utilisée pour la mise en place d’une prothèse saline varie entre 3.5–4.0cm chez la majorité des chirurgiens lorsqu’elle est positionnée au niveau du repli inframammaire puisque la prothèse est insérée vide et gonflée une fois située dans la bonne localisation.  La majorité des chirurgiens utilisent une longueur d’incision variant de 5.0 à 8.0cm pour l’insertion d’une prothèse à base de gel cohésif, puisque cette dernière est déjà gonflée. Dr LeBlanc utilise un appareil qui lui permet d’utiliser des incisions d’environ 3.5cm. Il pourra vous montrer des exemples.

Perte de volume et rupture

Une prothèse saline perdra 1% de volume par année par évaporation de la solution.  Si une rupture de la membrane survient ou si la valve d’entrée subit une dysfonction, cette dernière se videra.  Cela équivaut à une crevaison. Les anciennes prothèses à base de silicone se vidaient de leur contenu lors d’une rupture.  Les prothèses en gel cohésif de silicone modernes ont une texture ressemblant à celle des “gummybear”. Lors d’une rupture, son contenu ne peut donc pas se “déverser”. Les taux de ruptures sont très similaires entre les deux types de prothèses. La différence réside surtout dans la présence du dégonflement de la prothèse saline qui incitera la patiente à se faire réopérer rapidement afin d’éviter de vivre avec deux seins asymétriques.

Coque fibreuse

Une prothèse mammaire est considérée comme un corps étranger et stimulera la production de cicatrice de manière naturelle et normale autour de cette dernière et qui est appelée “capsule”.  Cette dernière n’occasionnera pas de problèmes dans une grande majorité de cas.  Dans des cas plus rares, la capsule peut se mettre à se contracter jusqu’à causer une déformation de la prothèse, du sein, de la douleur et un durcissement important/sévère. La capsule change de nom et est appelée “coque fibreuse”. Elle se retrouve dans environ 3% des cas où une prothèse saline est utilisée et 5% des cas ou les prothèses à gel cohésif sont utilisées. Elle se déclarait jusqu’à 40% des cas où les vieilles prothèses avec silicone liquide étaient utilisées.  Les deux produits présentent donc des caractéristiques semblables.  Les chiffres utilisés par les différents intervenants varient selon les sources, mais les ordres de grandeur sont conservés.

Sécurité et innocuités des prothèses

Les deux types de prothèses sont de bien meilleure qualité que les vieilles prothèses utilisant les silicones liquides. Une prothèse saline se rupturant entrainera la réabsorption de la solution saline par l’organisme.  De nombreux mythes ont été véhiculés sur les vieilles prothèses à base de silicone, ainsi que des prothèses à gel cohésif.  La FDA a démontré à l’aide d’études ou des dizaines de milliers de patientes ont été enrôlées que les prothèses à gel cohésif (tout comme les vieilles prothèses de silicone) n’augmentent pas le risque de faire un cancer du sein ou de grandes maladies systémiques/auto-immunes (Lupus, Arthrite rhumatoïde, etc, …). La combinaison de l’utilisation de produits de qualité supérieure et la plus grande sévérité de la FDA et Santé Canada en ce qui a trait à homologation de ces derniers font des prothèses à gel cohésif  les produits les plus sécuritaires de l’histoire.